Les compagnies de croisières essayent de réduire leurs émissions de particules fines.

Publié par | 31/07/2015

Partager :

Actus croisières

Clia et le GPMM s’expriment à la suite des chiffres publiés par France Nature Environnement concernant la pollution des navires de croisière.

Les professionnels ainsi que les compagnies ne nient pas ces faits mais rappellent tout de même les mesures adoptées afin de réduire leur impact sur l’environnement.

Personne ne peut le nier, les bateaux de croisière polluent. Mais surement pas autant que France Nature Environnement l’a déclaré.

L’association a en effet affirmé que les navires « emmétraient autant de particules fines Pm10 qu’un million de voitures qui rouleraient en même temps ». Même s’il est vrai que les moteurs restent allumés lors de leurs arrêts à quai afin d’assurer le bon fonctionnement des services à bord, les professionnels de la croisière contestent ces chiffres.

C’est en réponse aux propos de France Nature Environnement que Cédric Rivoire-Perrochat, le Directeur Général de Clia France déclare : « Contrairement à ce que laisse entendre France Nature Environnement, les mesures n'ont pas été effectuées près du Grand Port Maritime de Marseille mais au niveau des terminaux des ferrys. »

Puis, la porte-parole du Grand Port Maritime de Marseille ajoute : «  Ils sont venus prendre des mesures sur une seule journée. Ce n'est pas vraiment une étude ».

Le Directeur Général de Clia France précise également que le problème va bien au-delà de la croisière car elle ne représente que 0.5% du trafic maritime mondial.

Des progrès restent à faire

Cédric Rivoire-Perrochat reconnait notamment que des progrès restent à faire même s’il est actuellement impossible de récupérer ces émissions de particules fines car les filtres n’existent pas encore sur le marché.

 

Partager :

Articles similaires