Un projet de "croisière durable" pour Costa Croisières

| 15/09/2014

Partager :

Actus croisières

Découverte du concept "Sustainable Cruise" : Réduction, Récupération, Recyclage à bord

Le 30 juin dernier a vu la conclusion officielle du projet « Sustainable Cruise » (Croisière durable), un projet cofinancé par la Commission européenne dans le cadre du programme européen LIFE+. Ce projet pilote a été lancé en septembre 2011 dans le but de tester et d’évaluer des modèles et techniques innovants de gestion des déchets à bord de navires de croisière, conformément aux objectifs de la Directive européenne sur les déchets qui se résument par les fameux « 3R » : Réduction, Récupération, Recyclage. Le Costa Pacifica a été choisi comme navire pilote pour ce projet expérimental de croisière durable.

Il s’agissait en effet d’une première dans l’industrie des croisières : les déchets devaient être considérés comme une ressource et traités en tant que tel à bord des navires.

Costa Croisières est à l’origine du projet soumis à l’Union européenne en collaboration avec le Ce.Si.S.P. (Centro interuniversitario per lo Sviluppo della Sostenibilità dei Prodotti ou Centre de recherche universitaire pour le développement de produits durables) et avec les entreprises italiennes VOMM, Contento Trade, Design Innovation, RINA Services et l’association MedCruise qui réunit les ports de croisière de la Méditerranée.

L’U.E. a financé 50 % du projet, ce qui équivaut à un montant total de 2,7 millions d’euros.

En trois ans, des résultats significatifs ont déjà été atteints au niveau de la gestion des emballages, du papier et des déchets biodégradables, et un travail considérable a été réalisé pour créer un réseau de ports promouvant la coopération dans le domaine de la gestion des déchets, l’objectif final étant une réduction considérable de l’impact qu’ont les déchets générés à bord des navires sur l’environnement.

Parmi les expériences innovantes du projet, citons l’installation à bord du Costa Pacifica d’un turbo-sécheur pour le traitement des déchets alimentaires biodégradables.

À l’aide de ce prototype, les déchets organiques sont traités en deux phases distinctes de cuisson puis de séchage, ce qui permet de réduire considérablement le volume de déchets produits et d’obtenir un produit final contenant la même valeur protéique et nutritionnelle que l’original, pouvant donc être recyclé et commercialisé comme matière première pour l’alimentation animale.

 

Les tests en laboratoire ont révélé que les huiles et graisses dérivées du traitement des déchets organiques (qui représentent environ 1,9 % du total) constituent une matière première aux propriétés bénéfiques qui peut donc être réutilisée comme source d’énergie sous forme de biocarburant.

Quant à la gestion des emballages, l’action principale a consisté à remplacer les bouteilles d’eau minérale en verre (qui représentaient 50 % du verre utilisé à bord) par des bouteilles en plastique PET recyclable.

Plus de 11 900 bouteilles en verre par croisière ont été remplacées par des bouteilles en plastique PET écologique, soit une économie totale de 7 300 kg de verre (différence moyenne 2011/2014).

En termes de Potentiel de Réchauffement Global (PRG), comparé à un produit énergivore comme le verre, cela équivaut à une réduction de 50 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) ou à une réduction d’environ 120 g d’équivalent CO2 par passager et par jour et 342 kg d’équivalent CO2 par journée de croisière.

De même, remplacer les pots de yaourt en plastique par des récipients Tetra Pak d’un litre a permis d’éliminer 6 500 pots de yaourt et 33 kg de plastique embarqué (différence moyenne 2011/2014).

Au vu de leur réussite, ces actions de gestion durable des déchets expérimentées à bord du Costa Pacifica ont été mises en place sur toute la flotte Costa Croisières.

Un autre volet du projet, dont les résultats se sont révélés tout aussi satisfaisants, consistait à réduire la production de déchets papiers. Pour ce faire, plus de 1 400 passagers ont participé aux activités de sensibilisation à un usage raisonné du papier (laboratoires créatifs et quizz sur la durabilité) et plus de 18 000 employés Costa ont été ciblés dans le cadre d’une campagne d’incitation à réduire l’usage de papier.

Le volume de déchets papiers a été considérablement réduit grâce à l’introduction de versions numériques des informations auparavant imprimées à bord. À titre d’exemple, une action pilote à bord du Costa Pacifica a permis de réduire de moitié le format du quotidien Today, qui informe les Passagers des événements et activités proposés.

Les résultats du projet « Sustainable Cruise » sont d’autant plus intéressants au regard des possibilités qu’offre le turbo-sécheur. D’après les essais réalisés en laboratoire, le sécheur prototype pourrait servir au recyclage du plastique PET en le transformant en granulés de PET prêts à être recyclés en nouvelles matières plastiques, assurant ainsi une réduction supplémentaire de 60 % des émissions de GES, et au recyclage du papier en produits semi-finis à destination des fabriques de papier pour un recyclage ou une utilisation comme additifs ou biomasse.

Ce projet a permis de tester la mise en application des réglementations nationale et européenne en termes de gestion des déchets à bord et identifier les zones d’amélioration requises pour une meilleure durabilité de l’industrie. En l’occurrence, à ce jour, la réglementation italienne relative aux déchets déchargés à terre ne permet pas de qualifier la matière produite par le turbo-sécheur de « matière première secondaire » même si, au vu de ses propriétés, celle-ci est parfaitement apte à une utilisation dans des procédés de fabrication subséquents.

Aussi, une fois déchargé, le produit traité et fabriqué à bord est-il considéré, à toutes fins pratiques, comme un déchet et ne peut, en tant que tel, être géré ou commercialisé par Costa Croisières.

Cet aspect du projet est d’autant plus important qu’il montre, tel que l’ont souligné les interlocuteurs nationaux du programme LIFE+ au ministère de l’Environnement, des possibilités de lobbying à exercer sur le législateur pour qu’il modifie la loi et rende possible et économiquement rentable le traitement des déchets à bord des navires dans le but de les récupérer et/ou recycler une fois déchargés à terre. À cet égard, le projet « Sustainable Cruise » représente un cas d’école et un modèle pour toute l’industrie des croisières.

En dernier lieu, il convient de souligner que, conjointement au travail réalisé à bord dans le cadre de ce projet, des efforts ont été faits pour améliorer les services de gestion et de traitement des déchets des installations de réception portuaires. Une étude sur les installations portuaires de traitement des déchets réalisée auprès de 52 ports méditerranéens a conduit à la création d’une plateforme web dédiée, qui sera mise à jour deux fois par an.

Certains de ces ports participeront à un programme pilote qui consiste à fournir des services de pointe en termes de gestion des déchets à un navire Costa au cours de la prochaine saison de croisières.

 

Source : Blog Costa Croisières

Partager :